Accueil / Présentation

Présentation

Vie et oeuvre de Jean Gabriel Chauvin

Autoportrait, 1908
Autoportrait, 1908

Jean-Gabriel Chauvin (1889-1976) fut l’un des sculpteurs les plus talentueux de sa génération; celle de Arp (1886-1966), Laurens (1885-1954), Pevsner (1884-1962), qui succède à celle de Brancusi (1876-1957) et qui précède celle de Giacometti (1901-1966).

Leurs œuvres, parfois exposées collectivement témoignent de la vitalité et de la diversité de cette sculpture qualifiée d’abstraite.

Jean-Gabriel Chauvin, né en 1889 à Rochefort, est le seul survivant des six enfants qu’ont eus ses parents. Son frère jumeau décède une semaine après sa naissance.
Son père, qui possédait quelques biens était contrôleur au gaz et sa mère, sans profession. D’art, il n’était pas question dans la famille, au point qu’il ait gardé secrète sa première sculpture, la bien nommée Métamorphose, réalisée à 17 ans, sculptée avec un simple couteau.

De Chauvin, on sait peu de choses, exactement comme il l’a voulu. Il s’est méthodiquement effacé devant son oeuvre. En découle une postérité centrée sur sont travail et si peu sur sa personne.

Voici les quelques jalons dont nous disposons avec certitude. A la mort de son père, le jeune homme commence son apprentissage à Paris en s’inscrivant en 1908 à l’Ecole des Arts décoratifs puis à celle des Beaux-Arts en 1909. Il fréquente deux ateliers: celui d’Antonin Mercié et surtout celui de Joseph Bernard, maître important pour Chauvin, dont il sera le praticien jusqu’en 1914. Bernard fut l’un des principaux promoteurs du renouveau de la sculpture en taille directe. Ce qui conforte Chauvin dans cette démarche, consistant pour un artiste à sculpter lui-même ses œuvres, contrairement à une pratique très répandue au XIXè siècle où la réalisation de l’œuvre était souvent confiée à un praticien, l’exemple le plus connu étant Rodin, qui concevait ses œuvres en créant des modèles en terre et confiait leur transposition en marbre à d’autres artistes.

Travaillant le bois et la pierre avec un talent égal, Chauvin produit sa première sculpture dite abstraite : L’Essor en 191. Essor ne décrit pas un objet du réel mais un processus, une impulsion.

Plus que d’abstraction, nous préférons parler de conceptualisation ou mieux encore de matérialisation, d’incarnation d’un concept dans la matière et par la matière. La matière, ici le bronze, l’un des matériaux les plus complexes et les plus nobles de la sculpture depuis la Grèce antique, est signifiante en elle-même par sa complexité et in fine son mystère. Dans Essor, Chauvin mêle des formes organiques rappelant un corps humain, vivant, charnel et des éléments géométriques. La symétrie est ici fondamentale dans la construction de l’œuvre, comme souvent dans les œuvres de l’artiste. Or, la symétrie est un élément partagé par l’organique, les être humains sont symétriques et par la géométrie. Chauvin ne tranche pas entre le règne humain et le règne géométrique. D’une manière générale, même s’il s’éloigne du courant réaliste –qu’il maîtrise parfaitement comme le prouvent ses premières œuvres (CR 5 et 6, respectivement Tête de jeune fille et Faune, entre 1913 et 1920), il en garde l’essentiel, il épure le réel pour le convertir dans une sculpture qui le condense, et lui donne une dimension et une force plus universelles, grâce à la puissance de la matière, sans quoi, il faut le dire, rien n’existe.

En 1928, la galerie Au Sacre du Printemps organise sa première exposition personnelle. Galerie reprise par Jeanne Bucher, qui continue de montrer régulièrement les sculptures de Chauvin, collectionnées par des personnalités au goût exigeant comme son ami le sculpteur François Pompon ou le couturier Jacques Doucet, l’un des principaux promoteurs du style Art Déco, après avoir revendu sa collection d’œuvres du XVIIIè siècle
Les œuvres de Chauvin sont inoubliables. L’artiste a la même exigence pour la surface de ses sculptures, qui offrent à la lumière une merveilleuse opportunité d’existence.

Chauvin partage son année en deux saisons et en deux lieux: à Malakoff l’hiver et de mai à décembre à Port-des-Barques en Charente-Maritime où il possède une petite maison. Il y crée toutes ses sculptures en bois, dans le jardin, gardant la pratique du dessin et du modelage pour sa maison de Malakoff.

Les années 30 sont importantes pour Chauvin: l’architecte Pierre Patout, grand architecte du style Art Déco lui commande une vasque lumineuse pour le mythique Paquebot Normandie.

Image title

Image title

Patout réitère et lui commande une monumentale sculpture de plus de dix mètres de haut (détruite), en béton, pour l’Exposition Internationale de 1937, sculpture qui prenait place devant le Pavillon de la Société des artistes. La décennie se termine avec le premier achat de l’Etat: Le tombeau d’Eve (Centre Pompidou)

Dix ans plus tard, la galerie Maeght organise une exposition, considérée comme la première rétrospective du travail de l’artiste; quarante et une sculptures et des dessins, c’est un succès.

A cette période, Chauvin donne une nouvelle direction à son travail en créant des plâtres figurant des architectures fantastiques, des explosions de rythmes.

En 1960, le critique d’art Christian Zervos consacre à Chauvin un numéro des Cahiers d’Art, prestigieuse revue fondée en 1926. Picasso, Giacometti, Braque, Matisse, Arp, Calder et Ernst eurent également les honneurs de cette revue de référence.

En 1962, Jean-Gabriel Chauvin, Serge Poliakoff et d’autres artistes représentent la France à la prestigieuse Biennale de Venise.

Inlassablement, Chauvin a continué son travail jusqu’à sa mort en 1976

Image title


Les points essentiels:

Jean-Gabriel Chauvin :

  • L’un des premiers sculpteurs de l’abstraction et l’un des meilleurs représentants de l’ «Art Déco»

  • Un solitaire farouche qui se voue à son travail

  • Une liberté de penser et de concevoir son oeuvre

  • Des compositions uniques mêlant le géométrique et l’organique

  • Des surfaces au poli parfait qui font exister la lumière

Les dessins de Jean-Gabriel Chauvin :

  • La virtuosité du fusain

  • La dynamique et le rythme des compositions

  • L'impression de volume et de mouvement

  • L'audace des compositions

  • La sensualité des volumes

Paiement sécurisé
3DSecure

Livraison via DHL
dans le monde entier

Expédition assurée
à la valeur de l’oeuvre

Prix des oeuvres
au plus juste

Suivre l'artiste Wou-ki ZAO


Recevez un email dès qu'une nouvelle oeuvre de cet artiste est ajoutée

Inscription à la newsletter


Recevoir tous les mois les nouvelles oeuvres de la galerie et la newsletter

Merci !

Votre demande a bien été envoyée ! Nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Je poursuis ma visite

Merci !

L'oeuvre a bien été ajouté au panier

Voir le panier

Je poursuis ma visite

Demande d'informations


Vous souhaitez connaître le prix de vente, recevoir plus d'images ou obtenir des détails sur l'oeuvre.

RÉ-INITIALISEZ VOTRE MOT DE PASSE


Veuillez saisir votre adresse email, un email vous sera envoyé avec un lien pour réinitialiser votre mot de passe

Connexion Espace Client


Connexion

Vous avez oublié votre mot de passe ? Cliquez ici..

Nouveau mot de passe


Adresse de Livraison